Carnet de campagne à Sainte-Foy-lès-Lyon : un dernier vote, et déjà des ambitions

saresllimaireLes urnes ont parlé, Véronique Sarselli, candidate UMP, l’héritière de Michel Chapas, devrait donc prendre la succession tant attendue. Ceci devrait être confirmé dès ce samedi lors du 1er conseil municipal de la nouvelle équipe qui se tiendra à 11h. L’occasion d’élire le maire, mais aussi les adjoints.

Cette semaine aura été bien calme politiquement, tous les candidats ayant certainement décidé de prendre un peu de repos bien mérité après plus de 9 mois de campagne.

Pour les élus, c’est le moment de se ressourcer pour pouvoir attaquer cette nouvelle mandature sous les meilleurs hospices. Pour les battus, c’est souvent la déception, pour certains une remise en question (pour ceux qui savent le faire)… Pour tous c’est le retour à la vie quotidienne, le travail, la famille, les amis.

C’est aussi le temps des remerciements, et du côté de l’équipe de Gilles Assi, j’ai constaté que des liens très fort entre les membres de l’équipe s’étaient tissés, et beaucoup de respect et d’amitié pour leur candidat, malgré la défaite. Il semble y avoir une vraie volonté de continuer cette aventure, tous ensemble. L’équipe « d’Agir avec vous » appelle d’ailleurs au rassemblement samedi à l’occasion du 1er conseil, afin de témoigner du soutien à cette liste.

Cette équipe n’est pas la seule à vouloir continuer à construire… L’équipe de SainteFoyAVenir semble aussi vouloir continuer cette belle dynamique, comme l’avait déjà annoncé Monique Cosson lors du débat TLM, mais également un commentateur fidèle de mon blog. Ils ont maintenant pour objectif de reconstruire une gauche à Sainte-Foy-lès-Lyon, cette gauche qui a presque disparue avec l’éclatement de la section PS et la lourde défaite de la liste officielle. C’est un beau projet bien sûr, que je suivrais, même si je reste persuadé qu’il faudra des décennies avant que cette gauche puisse trouver sa place dans une ville comme la nôtre.

Il y a aussi ceux qui auraient dû tirer les bons enseignements de leur défaite, se remettre en cause, essayer de changer… Mais, certains ne changeront jamais. Après son élimination et une fin de campagne difficile pour Eric Pommet, multipliant les attaques contre certains candidats ou proches de candidats, mais aussi contre certaines initiatives comme Fidégones, il y a eu une lecture des résultats très personnelle avec un mic mac de voix du FN qui seraient aller au centre pendant que le centre allait voter UMP et la gauche explosait entre UMP et EELV (je dirais plutôt rassemblement de gauche)… expansion

Il dira probablement que je suis désagréable, mais j’espérais sincèrement qu’il changerait, qu’il prendrait le temps de réfléchir sur sa campagne, ses erreurs, par exemple son côté clivant et trop agressif incompatible avec l’image de rassembleur qu’il voulait se donner, ou son incapacité à travailler en équipe.

Alors, c’est surement revigoré par un « article » écrit avant l’élection et une première page dans l’édition locale du magazine l’Expansion le présentant comme l’un des 10 politiques avec le plus de pouvoir de l’ouest Lyonnais (je me demande bien comment une journaliste peut être aussi mal informée ?!?) qu’il nous a pondu son dernier billet à charge contre Mme Cosson et la gauche (encore et encore dans l’attaque et non la construction).

Et sa conclusion est encore une fois à la hauteur de son égo. L’élection 2014 même pas conclue, il se place déjà en candidat pour la prochaine avec « son rassemblement citoyen 2020».

On prend les même et on recommence ?

Publicités