Carnet de campagne à Sainte-Foy-lès-Lyon : Après le 1er tour des municipales, Ils ne sont plus que 5

Un verdict cruel

resultatsLes urnes ont parlé. Véronique Sarselli, candidate UMP / UDI officielle et héritière de Michel Chapas arrive très largement en tête du scrutin (31,40%) et devance l’ancien 1er adjoint Gilles Assi de plus de 1000 voix (20,98%).

Cyrille Isaac Sibille (Centre droit / MODEM) arrive un peu derrière (14,24%), devançant les listes de Monique Cosson (Rassemblement de la gauche) à 12,72% et Murielle Coativy (FN) à 12,35% qui se tiennent dans un mouchoir.

Bon dernier, le candidat PS officiel Eric Pommet (8,31%), qui n’atteint même pas la barre des 10% et ne sera donc pas présent au 2ème tour.

La participation a été juste au-dessus de la moyenne nationale (60,40%) et un peu meilleure qu’en 2008.

Thibaut a publié le tableau des résultats complets par bureaux de vote.

Jusqu’au bout dans la médiocrité

Honneur au perdant, même s’il ne mérite pas beaucoup d’honneur quand on sait comment cette campagne s’est terminée.

Eric Pommet n’aura jamais su se mettre dans la peau d’un vrai candidat, celui qui rassemble, celui en qui les partis politiques de gauche ont mis leur confiance. Résultat sans appel pour cette « grande gueule » qui n’avait pas sa place à la mairie de Sainte-Foy-lès-Lyon.

Dans son dernier communiqué, loin de se remettre en cause, il trouve les causes de son échec dans l’abstention, la perte de confiance dans les politiques (il y participe grandement) et la critique gouvernementale.

Le FN gagne les quartiers populairesperilfn

Le score global de Murielle Coativy est bien en dessous de ce que je craignais. Le FN est même devancé par la liste de gauche. Elle visait le vote catholique et « manif pour tous » et les plus frileux face à certaines populations des quartiers ou la délinquance, mais sur ce terrain, la candidate UMP était très bien armée également avec des colistiers connus pour leur dévouement et dévotion pour l’église et ses grandes causes, et d’autres de la droite dure qui n’hésitent pas à proposer des critères « spéciaux » pour l’attribution de logement sociaux. De bons représentants de notre tea-party à la Française. Dans les quartiers justement, il faudra s’inquiéter du très bon score du rassemblement bleu marine, arrivant en tête parfois comme aux Provinces.

Pas d’inquiétude pour le 2ème tour en tout cas, le FN pourrait obtenir 1 ou 2 conseillers municipaux, pas grand-chose de plus.

La gauche à sa place

Je suis agréablement surpris par le résultat de SainteFoyAVenir. Pas suffisant pour s’enthousiasmer bien sûr, mais Monique Cosson réalise un score similaire à la dernière élection, résiste à l’effritement de la gauche en général et arrive devant le FN. Je trouvais que leur campagne démarrait assez mal, avec une communication à revoir et un manque de dynamisme. Ils ont bien corrigé le tir et j’ai trouvé leurs derniers documents assez bon, dans le respect de ce que l’on peut attendre d’une liste de gauche (même si ceci ne pourra jamais permettre de gagner une élection à Sainte-Foy-lès-Lyon).

Ils devraient confirmer au 2ème tour avec un petit report de voix d’Eric Pommet en leur faveur.

Pari perdu ?

Alors qu’il visait la tête pour ensuite se poser en rassembleur, Cyrille Isaac Sibille se retrouve à la 3ème place, loin derrière les 2 candidats de la majorité sortante. Il aurait fait une campagne calme, un peu cachée, et aura probablement misé davantage sur sa notoriété et son très bon contact avec les fidésiens. Un score toutefois non négligeable et qui lui permet de négocier pour une fusion au 2ème tour. Vers qui se tournera-t-il ? Ou plutôt qui le sollicitera ?

Eric Pommet l’appelle au rassemblement avec Monique Cosson (étonnant de sa part de continuer à vouloir peser dans une campagne qu’il a raté), tandis que nombre de centristes souhaiterais plutôt un accord avec Gilles Assi, afin d’éviter une victoire de l’UMP.

La déception

Je ne vais pas le cacher, je suis surpris et déçu du score de Gilles Assi pour ce premier tour. Surpris car il me semblait présenter la candidature la plus solide et le projet le plus abouti, pour, fort de son expérience, et avec l’aide de son équipe, bien gérer notre ville et  amener un peu de changement par rapport aux années de gouvernance Chapas. Déçu parce que l’écart avec la candidate UMP sera difficile voire impossible à remonter, ce qui signifierais encore 6 ans de pouvoir sans partage pour cette majorité.

Les discussions au sein de l’équipe Assi sont surement enflammées, partagées entre l’espérance de renverser la vapeur au second tour, et les petits calculs pour un accord avec d’autres listes.

On sait qu’il y a des valeurs communes entre les listes du centre droit, des projets communs, mais il est toujours compliqué de fusionner des équipes à ce stade, chacun souhaitant fixer les conditions les plus favorables possibles pour son camp. J’espère qu’un accord sera trouvé qui permettrait de battre la vraie droite dure…

Le projet, ou l’étiquette ?

umpDu côté de l’UMP officielle et de l’ancien maire, on doit souffler. Nul ne pouvait prédire un tel succès pour Véronique Sarselli (même s’ils étaient confiants probablement).

Tout est bon pour gagner une élection ? Plagiat de programme ?  Lettre de député ? Utilisation de fichiers associatifs ? Clientélisme ? Promesses et démagogie ? Probablement oui.

L’armée mexicaine UMP / UDI a donc rempli sa 1ère partie de contrat, arriver largement en tête au 1er tour. Cette liste rassemble les plus extrémistes, les parachutés politiques, les fils ou femme de, les représentants de ce que le peuple dénonce aujourd’hui, les clientélistes, le tout dirigée par l’ambitieuse Véronique Sarselli. La mairie ne serait-elle pas qu’une étape avant un poste de député en 2017 ?

J’ai quand même un doute sur ce résultat… Les fidésiens ont-il voté pour une candidate, ou bien pour l’étiquette UMP ? La stratégie de nationalisation du scrutin a-t-elle jouée ? Je ne peux croire que ce soit un vote d’adhésion à ce projet  ou cette équipe.

Mon souhait pour le 2ème tour

A Sainte-Foy-lès-Lyon, ce n’est pas un front contre le FN qu’il faut ouvrir, mais un front contre l’UMP et notre Morano locale. Non qu’ils ne soient pas républicains, ou dangereux, mais l’UMP et Sarselli sont la vraie continuité de l’action municipale, sans dialogue, sans ouverture, avec certaines compétences fortes en moins.

Il faut du changement à Sainte-Foy-lès-Lyon, mais du changement dans la continuité, avec des gens qui n’ont d’autre ambition que leur ville, et non des politiques professionnels qui viseront la députation ou ont fait de Sainte-Foy un lieu de parachutage.

Je souhaite que des accords soient trouvés, et qu’une nouvelle dynamique de campagne soit lancée pour éviter que Sainte-Foy-lès-Lyon redevienne la belle endormie pour 6 ans encore.

Publicités